La London Stock Exchange parie 23 milliards sur les données de Thomson Reuters

La bourse londonienne a annoncé être en négociation avancée pour l’achat de Refinitiv, la société d’analyse de données financières. C'est le premier déménagement de la nouvelle Ad David Schwimmer. Accord possible dès la semaine prochaine

Ce n'est plus une indiscrétion. La Bourse de Londres a confirmé être en négociation et sur le point de racheter Refinitiv, la société d'analyse de données financières qui contrôle également la plate-forme de négociation Eikon, pour un montant de 27 millions de dollars, soit 23,3 milliards d'euros. (dette incluse). Les discussions sont à un stade avancé et pourraient être conclues dès la semaine prochaine.

L'année dernière, un consortium dirigé par le groupe américain de participations privées Blackstone – comprenant également Gic, le fonds souverain de Singapour, et le fonds de pension canadien – avait acquis une participation de 55% dans Refinitiv auprès du groupe Thomson Reuters, qu'il avait tout de même maintenu. une participation minoritaire de 45% en plus de la division des agences de presse mondialement connue. L'évaluation du groupe était de 20 milliards. Cette acquisition ferait de la LSE un géant mondial avec un chiffre d’affaires annuel de plus de 6 milliards de livres, en concurrence directe avec l’Américain Bloomberg. Par ailleurs, les terminaux Eikon sont les principaux concurrents de ceux de l’ancien maire de New York, Michael Bloomberg, dont la candidature à la Maison-Blanche, qui n’avait jamais été présentée auparavant, a souvent été présumée.

La London Stock Exchange entend financer cette acquisition par l’émission de nouvelles actions pour environ 11 milliards de livres, qui deviendraient l’un des plus importants titres du marché londonien depuis plusieurs années. Les actionnaires de Refinitiv détiendraient 37% du nouveau groupe, mais moins de 30% des droits de vote. Thomson Reuters à hauteur de 15%. C'est le premier geste de David Schwimmer, l'ancien banquier de Goldman Sachs nommé directeur général. Peut-être pour atténuer l'impact négatif d'un «dur Brexit», une hypothèse qui est devenue probable avec l'élection de Boris Johnson au poste de Premier ministre britannique.

FIRSTonline

FIRSTonline est un journal Web indépendant consacré à l'économie, à la finance et à la bourse publié par A.L. Iniziative Editoriali S.r.l. avec son siège à Rome, fondé et contrôlé par Ernesto Auci et Franco Locatelli et appartenant à trois actionnaires minoritaires (Andrea Gilardoni, Alessandro Pavesi et Laura Rovizzi). Le portail et ses applications sont réalisés quotidiennement par deux éditoriaux agiles, l'un à Milan et l'autre à Rome, et par une équipe novatrice et efficace d'innovateurs et de gestionnaires de sites Web.

Vous pourriez aussi aimer …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *