Mps, Profumo-Viola: le Gip refuse la demande d'enregistrement

L'affrontement des députés se poursuit – La disposition concerne également Paolo Salvadori, ancien président du comité des commissaires aux comptes – L'hypothèse d'un crime est fausse dans le budget de la gestion du PNL entre 2012 et 2015

la Gip de Milan Guido Salvini a a rejeté la demande de dépôt avancée par le procureur général de Milan pour l’ancien haut dirigeant de Mps: Alessandro Profumo (Président), Fabrizio Viola (Ad) e Paolo Salvadori (président du conseil des commissaires aux comptes). Les trois directeurs ont fait l’objet d’une enquête fausse comptabilité par rapport à gestion des prêts non productifs Montepaschi sur la période 2012-2015.

L'agence Reuters a anticipé la nouvelle, indiquant que le juge chargé des enquêtes préliminaires avait reporté le dossier au bureau du procureur, ce qui devrait mener à bien enquêtes sur les trois directeurs pour neuf autres mois.

Au lieu de cela, il confirme le dépôt pour le Monte dei Paschi,
enquêté en tant que personne morale de droit 231.

Les suspects sont soupçonnés de ne pas avoir correctement comptabilisé les prêts consentis par les députésfalsifiant ainsi des documents d’information destinés aux actionnaires en vue de l’augmentation de capital.

Selon les consultants interrogés par les enquêteurs, l'ancienne direction de Montepaschi aurait agi correctement, mais en mai 2018, les petits actionnaires de l'institut s'étaient opposés à la demande de licenciement présentée par les magistrats.

"La demande de dépôt présentée par le ministère public – écrit le magistrat – n'apporte pas de réponse satisfaisante, car il ne fait que rendre compte des déclarations de certains responsables de la Banque d'Italie dans l'exposé des motifs sans une reconstruction organique de l'historique complexe de l'exposition aux prêts non productifs ".

Le magistrat demande ensuite au procureur de vérifier "si le
valorisation des créances enregistrées dans les états financiers et dans les rapports semestriels, et
les ajustements correspondants étaient corrects d'un point de vue comptable e
juridique, avec une référence spécifique aux prêts non performants ».

Le juge demande également "d’établir les possibles
Correction de la valeur comptable des prêts non productifs au cours des années de référence
2012-2015 qui auraient dû être inscrits dans les documents comptables;
vérifier quel impact économique et financier sur les documents comptables
aurait eu la correction correcte identifiée par les consultations
en comptabilisant correctement les portions importantes des créances dans les états financiers
détériorée ".

Enfin, le magistrat demande aux enquêteurs de vérifier les
valeur nette de la Banque au cours des années affectées par l’issue de tout
ajustements sur prêts douteux et par référence à des indicateurs et à des
législation du comité de Bâle, "afin de comprendre si l'activité
Monte Paschi, ainsi que les augmentations de capital réalisées
sur le marché au cours de ces années, et les informations correctes appropriées au
public par l'Institut étaient cohérents et véridiques avec le réel
situation financière de la Banque et si les informations communiquées au public étaient
conforme à ce qui a été trouvé dans les documents cités ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *