Soins de santé et Borsa: San Raffaele vers la liste

Le groupe San Donato, premier hôpital privé italien avec un chiffre d'affaires de 1,65 milliard d'euros et propriétaire du San Raffaele à Milan, change de gouvernance – La nouvelle stratégie concerne la bourse et l'entrée d'investisseurs étrangers.

Grandes manœuvres dans le Groupe San Donato, le premier hôpital privé italien, propriétaire d’une multitude de centres médicaux (44 au total), en particulier à Milan et en Lombardie, notamment l’hôpital San Raffaele, la polyclinique de San Donato, l’institut Galeazzi de Milan et les cliniques Zucchi Brianza. Il y a quelques semaines à peine, la société de portefeuille, qui emploie 5 361 médecins, traite 4,7 millions de patients par an e facture 1,65 milliard, a complètement renouvelé les dirigeants, avec le pas en arrière du président Paolo Rotelli, neveu du fondateur Luigi, pour laisser la place à des managers expérimentés: un geste qui, selon les rumeurs recueillies par FIRSTonline, serait le prélude à la volonté du groupe de faire le saut ce qui conduirait à la cotation en bourse.

Le jeune Paolo Rotelli, fils aîné de Giuseppe Rotelli, décédé en 2013 après 33 ans à la tête du groupe fondé en 1957 par son père Luigi, a laissé la présidence à Angelino Alfano, ancien ministre de la Justice, de l'Intérieur et des Affaires étrangères. mais ce sont surtout les nouvelles nominations en management qui font apparaître un changement ce qui pourrait également entraîner l'entrée de nouveaux investisseurs, peut-être étrangers, dans un accord qui concernait jusqu'à présent uniquement la famille Rotelli: l'ancien directeur général d'Unicredit, Federico Ghizzoni, président actuel de Rothschild Italy, entre dans le groupe; l'ancien McKinsey Vittorio Terzi, fondateur de la société de conseil Terzi & Partners; l'ancien directeur général de l'Agence du revenu, Ernesto Maria Ruffini; l'ancien président et chef de la direction de Ntv-Italo, Andrea Faragalli Zenobi.

"Le renouvellement de certains organes administratifs – a expliqué un communiqué du groupe GSD – a pour objectif de permettre à des personnalités hautement qualifiées et motivées de relever les défis futurs en matière de gouvernance d'entreprise". Et alors, alors l'ancien président d'Intesa Sanpaolo Enrico Cucchiani est confirmé à la présidence de San Raffaele (repris et sauvé de la faillite en 2012), Ghizzoni rejoint le conseil d’administration de Policlinico San Donato, le leader du groupe, Faragalli Zenobi, au conseil d’administration de l’institut orthopédique Galeazzi (destiné à renaître dans l’esprit, l’ancien espace de l’expo, et à la présidence duquel il n’y aura plus d’ancien Eni Roberto Poli) et de GSD Sistemi e Servizi, troisième du conseil de San Raffaele, tandis que Ruffini est président de GSD Sistemi e Servizi.

"Après la mort de mon père, je me suis senti obligé de prendre les rênes du groupe pour donner un signal fort de continuité et d'unité – a déclaré Paolo Rotelli – mais aujourd'hui, pour continuer à progresser, il est essentiel de combiner des compétences différentes des nôtres. Nous devons faire face à la complexité croissante du système dans notre pays et il faut s'ouvrir au marché international: ce sont les défis qui nous attendent. J'ai confiance en moi et en ceux qui sont avec moi depuis des années et je remercie les professionnels qui ont choisi de nous rejoindre et de partager ce chemin ". Un chemin qui prépare la prochaine grande étape: la cotation en bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *